Skip to content

Le transit intestinal

L’intestin agit comme filtre protecteur et permet l’absorption des nutriments provenant des aliments que nous consommons. Surnommé «le second cerveau», l’intestin contient plus de 100 millions de neurones, abrite plus de 100 000 milliards de bactéries, sécrète une vingtaine de neurotransmetteurs et produit de 70% à 85% des cellules qui supportent le système immunitaire. La santé de l’intestin est essentielle au fonctionnement harmonieux de l’organisme dans son entier.

Le déséquilibre du transit intestinal est presque toujours la cause cachée des problèmes de santé. Il peut causer des allergies, des migraines, de l’eczéma, de l’urticaire, des problèmes de circulation sanguine, des laryngites, des pharyngites, des problèmes de constipation et de diarrhée, des infections vaginales et de la vessie, etc. Il est aussi associé au diabète, à la sclérose en plaques, au cancer du côlon, aux maladies inflammatoires de l’intestin dont la maladie de Crohn, au syndrome du côlon irritable, à la colite, à la polyarthrite rhumatoïde, à la fibromyalgie et à de nombreuses autres maladies graves. Une flore intestinale abondante en bifidobactéries contribue à prévenir les maladies intestinales, les infections diverses, et de nombreuses autres maladies.

La flore intestinale

Le colon abrite plus de 500 différentes espèces de bactéries qui y vivent, tant bien que mal, en symbiose. L’une des fonctions de la flore intestinale est tout simplement d’occuper le plus d’espace possible afin d’empêcher les virus, les parasites et les mauvaises bactéries de coloniser l’intestin. La flore intestinale présente sur la parois du colon, l’épithélium, produit un mucus qui contribue à son imperméabilité et prévient les fissures qui pourraient permettre aux mauvaises bactéries ou à des aliments mal digérés de s’échapper hors de l’intestin.

De plus, la flore intestinale produit des molécules qui participent sans relâche à la lutte contre les maladies. Elle stimule la production de globules blancs, inhibe la croissance des bactéries pathogènes, aide à la formation des vaisseaux sanguins et contribue à l’élimination de résidus chimiques suite à la prise de médicaments tels que les antibiotiques. Elle active aussi la synthèse de certaines hormones dont les hormones sexuelles.

Le rôle des prébiotiques

«Les prébiotiques sont généralement définis comme des “ingrédients alimentaires non digestibles qui exercent un effet bénéfique sur l’hôte en stimulant de façon sélective la croissance et/ou l’activité d’une ou de plusieurs espèces bactériennes déjà établies dans le colon, et ainsi améliorent la santé de l’hôte.”»

Contrairement aux probiotiques, qui sont éliminés en grande partie par le système digestif, les prébiotiques nourrissent les bonnes bactéries et stimulent notre propre flore. Ils ont un effet salutaire incomparable sur l’ensemble de l’organisme et contribuent davantage au maintien et à l’amélioration du système immunitaire.

La fibre soluble de l’inuline est la plus reconnue des prébiotiques. Apprenez-en plus sur les bienfaits de l’inuline ici.

Gibson GR, Roberfroid MB (1995): Dietary modulation of the human colonic microbiota: Introducing the concept of prebiotics. J Nutr, 125: 1401-1412, In Ouvrage collectif, Rapport Consultation mixte d’experts FAO/OMS sur l’évaluation des propriétés sanitaires et nutritionnelles des probiotiques dans les aliments, y compris le lait en poudre contenant des bactéries lactiques vivantes, Cordoba, Argentine, 2001, page 20, traduction de Françoise Khayat Frineau. Visité le 15 février 2012 : http://www.destinationsante.com/IMG/pdf/y6398f.pdf

Tuohy, K, (2007). FAO Technical Meeting on Prebiotics. In Fao Technical Meeting on Prebiotics. Rome, Italy, le 16 septembre 2007. Rome, Italy: Food and Agriculture Organization of the United Nations. 6, 7.

Warnet, J, 2011. Les secrets de l'intestin: filtre de notre corps. 1st ed. Quebec: Albin Michel.

Wikipedia. 2012. Colon (Anatomy). [En ligne] http://en.wikipedia.org/wiki/colon. [Consulté le 4 janvier 2012].

Wikipedia. 2011. Prebiotics. [En ligne] http://en.wikipedia.org/wiki/Prebiotics. [Consulté le 18 décembre 2011].